Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Technologie du net

Blog du High-Tech des dernières tendances du moment. Nos articles sont de source sûre, ils proviennent pour la plupart du temps de magasins spécialisés où la clientèle qui ont testé ou validé cette technologie.

«Skylanders» ou «Disney Infinity »: Pourquoi les jouets vidéo sont un succès

Publié le 12 Octobre 2013 par Skero in Jeux Vidéos

http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn/2013-10/2013-10-03/article_jeuxjouets.jpg

 

JEUX VIDEO – «Skylanders Swap Force», «Disney Infinity», «Angry Birds Star Wars 2»: La course aux jouets vidéo est lancée…

Dans une Fnac, devant l’étal de boîtes «Disney Infinity» et de «Skylanders Swap Force», deux ados devisent: «Tu ne vends pas seulement  un jeu, tu vends des figurines, c’est une idée de génie!» Et une bonne idée marketing lancée par l’éditeur Activision et son «Skylanders» en 2011. Des figurines, à collectionner, vendues avec un jeu vidéo, et qui prennent vie à l’écran quand elles sont posées sur la plateforme reliée à la console.

 

Quelque 19 millions de figurines Skylanders ont été vendues en Europe depuis 2011. Un chiffre qui sera dépassé puisqu’un dernier «Skylanders Swap Force» investit les consoles le 18 octobre. Un succès tel que Disney s’est lancé sur le créneau cet été avec «Disney Infinity» et que le Finlandais Rovio a confié à Hasbro le soin de créer des figurines pour accompagner son «Angry Birds Star Wars 2» .

 

«Un objet qui va prendre vie dans un monde virtuel»

Comment expliquer que ces figurines attirent tant les enfants? «C’est un objet qui va prendre vie dans un monde virtuel, et permettre de faire vivre à l’enfant des aventures dans ce monde proposé par le jeu», explique Franck Mathais, directeur exécutif des ventes à  La Grande Récré. Et le jeu vidéo permettrait d’offrir à l’enfant une occasion de continuer plus longtemps à se raconter des histoires.

«Ces propositions de jouets vidéo répondent aussi à un manque, note Sylvie Thévenon, de l’agence-conseil en communication pédagogique Kat Cents Coups. Un manque entre le moment où l’enfant joue avec des figurines et celui où il n’ose plus les montrer à ses copains par peur d’être jugé puéril.» Le jeu vidéo, loisir pratiqué par des générations plus âgées, l’autorise aussi à poursuivre l’expérience au-delà de la tranche d’âge des 7-10 ans que visent ces jeux.

 

«L’enfant adore collectionner»

Et puis, pas besoin d’un copain pour jouer, grâce à l’aspect interactif du jeu vidéo. Mais les figurines conservent toutefois un aspect social. «L’enfant adore collectionner, surtout pour se rapprocher du groupe de ses pairs, explique Sylvie Thévenon. Cela offre un sujet de conversation tout fait dans les cours de récréation.»

En tout cas, la bagarre va être féroce entre les deux gros éditeurs. «Jusqu’ici, avec Skylanders, Activision était leader sur le marché, analyse Franck Mathais. Si pour Disney, ça fonctionne, d’autres acteurs pourraient venir sur le marché. Ça pourrait donner des idées à Nintendo.» Pour marquer l’innovation, «Skylanders Swap Force» voit ses figurines scindées en deux. Ce qui permet aux enfants d’en créer d’autres, grâce à de nouvelles combinaisons. «Mais Disney a un tel catalogue de personnages qu’on peut imaginer un développement l’année prochaine, poursuit Franck Mathais. Et Disney peut conquérir un public plus féminin.» 

 

 

Joël Métreau

Commenter cet article