Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Technologie du net

Blog du High-Tech des dernières tendances du moment. Nos articles sont de source sûre, ils proviennent pour la plupart du temps de magasins spécialisés où la clientèle qui ont testé ou validé cette technologie.

«Graph Search» de Facebook: Comment protéger sa vie privée au maximum

Publié le 20 Février 2013 par Skero in Réseaux Sociaux

http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn/2013-01/2013-01-15/article_graphe.jpg

 

L'outil de recherche social du site doit débarquer en France prochainement. Voici quelques astuces pour protéger vos informations avant qu'il ne soit lancé ici...

 

Il y a tout juste un mois, Facebook présentait fièrement sa nouvelle fonction de recherche sociale, baptisée «graph search».  L’idée? Proposer aux membres du réseau social un outil de découverte qui se présente sous la forme d’un champ de recherche interne. Lorsqu’il sera déployé sur tous les comptes, il sera possible de demander à Facebook de trouver «les amis de mes amis qui travaillent chez Apple», «les amis de mes amis qui sont célibataires et aiment les hommes» ou encore «mes collègues qui habitent Paris et qui aiment le ski». Mais «graph search» pourra également identifier «les hommes mariés qui aiment les prostituées» et «les filles célibataires de mon quartier qui aiment les hommes et se bourrer la gueule», dénonçait récemment un internaute, après avoir créé un Tumblr listant les recherches embarrassantes ou pire, dangereuses.  

 

En permettant de combiner des recherches comme le sexe, l'âge, le lieu géographique, les préférences sexuelles et politiques et tous les centres d'intérêts signalés d'un «j’aime», les possibilités sont infinies. Les endroits que vous avez visités, les choses que vous aimez et les photos sur lesquelles vous apparaissez peuvent refaire surface d’un simple clic. Voici quelques règles de base à suivre si vous voulez éviter de vous retrouver dans un trop grand nombre de recherches lorsque le «graph search» sera déployé en France.

 

Jetez un œil à vos «likes»

Etes-vous sûr de vous souvenir de toutes les pages que vous avez «likées» (pour rigoler ou non) en rejoignant Facebook il y a deux ans?  Peut-être qu’à l’époque vous étiez fan de Tokio Hotel ou que vous aimiez «glander au bureau». Vous avez la possibilité de jeter un œil à toutes ces pages et supprimer celles qui pourraient vous embarrasser dans une recherche. Pour cela rendez-vous sur votre timeline, puis dans votre «historique personnel» (dans le même alignement que votre nom, sous votre photo de couverture) et cliquez sur «mentions j’aime» dans le menu de gauche. Cette page affichera, par ordre chronologique, les statuts, publications et pages que vous avez aimés depuis votre inscription. Ce sera un peu fastidieux si votre activité en ligne est importante, mais au moins vous avez la possibilité de faire un peu de ménage sur votre profil.

 

Parcourez vos photos

Comme les mentions «j’aime», vos photos sont susceptibles de refaire surface avec le «graph search» de Facebook. Peut-être qu’à une époque vous publiiez des photos de vous pas très glorieuses en soirée, que vous avez complètement oubliées depuis. Or, vous avez peut-être ajouté vos collègues à vos contacts depuis. Il est donc de bon ton de vous souvenir des clichés que vous avez partagés ces dernières années. Pour cela, rendez-vous de la même manière dans votre «historique personnel».  Vous verrez alors toutes les photos que vous avez postées ainsi que celles sur lesquelles vous avez été «tagué». Attention, si vous voulez vous débarrasser d’une photo pour de bon, il ne suffit pas de cliquer sur «n’apparaît pas dans le journal», il faudra cliquer sur «supprimer la photo» pour être sûr et certain qu’on ne puisse pas la retrouver, grâce au petit crayon qui apparaît à droite de chaque photo. Si vous ne souhaitez plus être «tagué» sur une photo qui ne vous appartient pas, cliquez sur l’icône avec les silhouettes à côté du crayon, en haut à droite de la photo en question, puis cliquez sur «signaler/retirer l’identification».  Pour savoir quelle photo de vous est visible par n’importe quel internaute, choisissez «public» dans l’onglet «ouvert à» en haut de cette page de gestion de vos photos.  Toutes les photos «publiques» vous concernant s’afficheront alors. Vous pourrez changer leur audience si vous souhaitez les rendre privées. 

 

Vérifiez à quels endroits Facebook vous a localisé

Quand quelqu’un vous tague dans une publication et quand vous vous géolocalisez en prenant une photo ou publiant un statut, Facebook ajoute toutes ces données à une carte. Celle-ci apparaît sur votre timeline sous vos «mentions j’aime», dans un cadre appelé «lieux». Pour vous rendre sur votre carte personnelle, vous pouvez utiliser directement ce lien. Avec le «graph search», ces résultats-là aussi peuvent remonter. Si vous voulez faire oublier certains endroits, cliquez sur les cercles violets correspondant sur la carte. Vous pouvez par exemple retirer l’identification si quelqu’un vous a tagué à  un endroit dans un statut (du style «au bar du coin» à l’adresse du bar en question), en cliquant sur l’icône avec les silhouettes, qui apparaît à côté de la date et de l’heure du statut. 

Utilisez les raccourcis de confidentialité


Très pratique, le petit cadenas situé en permanence dans le menu du haut sur fond bleu permet de vérifier d’un coup d’œil qui a accès à vos publications par défaut. En cliquant sur cette icône puis sur «Qui peut voir mes contenus?», vous avez la possibilité de personnaliser l’audience de vos «futures publications».  Vous pouvez choisir de partager avec tous vos amis en retirant les groupes «collègues» et «contacts pro» par exemple.  A vous de décider avec qui vous souhaitez partager ce que vous postez.

 

Le «graph search» prendra tous ces paramètres en compte. Il ne permettra pas aux groupes auxquels vous avez fermé certaines publications de les retrouver grâce à l’outil de recherche. A condition bien entendu d’avoir fait tout ce travail de paramétrage en amont.

 

Anaëlle Grondin

Plus d'informations sur ce sujet en vidéo

 

Commenter cet article