Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Technologie du net

Blog du High-Tech des dernières tendances du moment. Nos articles sont de source sûre, ils proviennent pour la plupart du temps de magasins spécialisés où la clientèle qui ont testé ou validé cette technologie.

Des bactéries dévoreuses de smartphones

Publié le 29 Juillet 2013 par Skero in Nouveautés High-Tech

http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn/2012-11/2012-11-15/article_CRIDF-DECHETS_ELECTRONIQUES.jpg

 

Ecycle rêve d'organismes mangeurs de déchets électroniques...

Ecycle: c’est le nom du projet un peu fou de Maxime Guillet et de Luiz Saraiva. Agés de 24 ans, ces deux étudiants du Strate Collège de Sèvres (92) viennent de participer au Prix ArtScience 2012-2013  et y ont décroché une bourse de 4.000 €. Depuis 2009, cette compétition récompense les projets d’étudiants issus d’écoles d’ingénieurs et de design. Leur idée? Simplifier le recyclage de nos déchets électroniques (DEEE) en les donnant en pâture à des bactéries!

 

Des tests avec des cartes SIM

Le concept est assez simple: après concassage d’un appareil usagé (ordinateur, mobile, appareil  photo…), le granulat récupéré est plongé dans différents bains successifs où des bactéries agglutinent tour à tour les matériaux. Ici, le cuivre, là, le palladium… «Il existe six grosses catégories de déchets et l’on est capable d’à peu près tout recycler, à part les métaux lourds», explique Maxime Guillet. Ainsi, les bactéries dévoreraient telle ou telle substance pour ensuite la restituer à l’état brut. «L’idée serait celle de recyclage perpétuel», précise l’étudiant.

 

Les promoteurs d’Ecycle rêvent déjà d’implanter leur concept dans les entreprises où les employés pourraient se débarrasser de leurs appareils numériques hors d’usage. Mais avant, il faudra passer par une phase de tests pour en évaluer la fiabilité. «Nous voudrions essayer avec des cartes SIM», indique Maxime Guillet, regrettant que les chercheurs français contactés pour effectuer leurs premiers tests en laboratoire n’aient pas donné suite… «Si on ne trouve pas, nous nous procurerons des bactéries par nos propres moyens».

 

Christophe Séfrin

Commenter cet article