Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Technologie du net

Blog du High-Tech des dernières tendances du moment. Nos articles sont de source sûre, ils proviennent pour la plupart du temps de magasins spécialisés où la clientèle qui ont testé ou validé cette technologie.

Baboom : après Megaupload et Mega, Kim Dotcom dévoile sa plateforme de streaming

Publié le 23 Janvier 2014 par Skero in Réseaux Sociaux

Depuis plusieurs mois, le créateur et fondateur de l'ex-Megaupload et de l'actuel plateforme d'échange en ligne Mega, Kim Dotcom, s'était fait plus discret qu'à son habitude ses derniers mois. Mais c'était pour mieux revenir ! Le trublion du net vient de lever le voile sur sa nouvelle plateforme de diffusion et d'achat de musiques en ligne : Baboom.

 

 

Cette fois-ci, c'est parti ! Kim Dotcom a levé le voile sur son site de diffusion en streaming de musique, Baboom. Et en guise de prélude, il propose une démo de sa plateforme en se rendant sur cette page.

 

Pour l'instant, peu de contenus sont visibles sur la page (mis à part l'album de son hôte) mais certains encarts et options laissent des informations sur les éléments à venir sur la plateforme : il n'y aura pas que des singles ou des albums, il y aura également des clips, des contenus additionnels, des concours, un lecteur en ligne ou encore une liaison en ligne vers les réseaux sociaux entre votre compte Mega, Baboom et Twitter.

 

Quel modèle économique pour Baboom ?

La rémunération des artistes, ça, Kim Dotcom connaît bien, puisqu'il s'est vu signifier de nombreux griefs, à l'époque de Megaupload, provenant directement des éditeurs de films et de musique. Du coup, les grandes Majors ainsi que le gendarme américain de l'Internet auront forcément Kim Schmitz à l'oeil. Or si le modèle économique de Baboom se veut très simple, il s'est vite entouré d'un halo de brume rendant les explications autour de son modèle un peu confuse.

 

À la base, les auteurs diffusant sur Baboom se font directement rémunérer par la publicité. L'internaute, lui, ne paye pas ce qui est diffusé en streaming. Par contre, quand il le souhaite, il pourra directement se payer le titre qui lui plaît, l'argent revenant alors directement aux ayants-droits. Le titre sera transféré sous forme de fichier Mp3 échantillonné à 320 kbps ou au format Flac.

Pour Kim Dotcom, les auteurs (...)
Lire la suite sur maxisciences.com


 

Commenter cet article